21 août 2012

retour à la page


Le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a pour mandat de diriger et de coordonner l’action internationale visant à protéger les réfugiés et à résoudre les problèmes de réfugiés dans le monde entier. Le HCR est une organisation qui travaille entre autres dans le but d’aider les femmes et les filles déplacées, qui représentent près de 50% des personnes déracinées. Ces femmes ne sont souvent pas protégées au sein de leur domicile, de leur structure familiale ou de leur gouvernement, ce qui en fait un groupe social particulièrement vulnérable. En outre, les conditions de guerre exacerbent les risques de longs déplacements d’exil, de harcèlement et d’abus sexuels.

Yvelyne Wood, artiste plasticienne, sculpteur et scénographe, prend inspiration dans les souvenirs de guerres du XXème et XXIème siècle. L’exposition « La Chair de la Guerre » est le résultat d’un partenariat entre Yvelyne Wood et la représentation du HCR à Paris. Elle souligne la situation critique des femmes et filles déracinées dans le contexte des conflits armés. « Quand Yvelyne nous a présenté son projet nous avons été séduits car les femmes victimes de la guerre n’ont malheureusement pas toujours les stèles pour rappeler ce qui leur est arrivé» explique Philippe Leclerc, représentant du HCR en France.

Ce travail permettait de mettre en avant les conditions de vie des femmes victimes de la guerre. En expliquant ses œuvres, Yvelyne Wood affirme que « depuis le début, mon travail est enraciné dans la guerre… C’est une sorte de témoignage sur le sort des femmes ; des femmes qui sont victimes de la guerre. » L’exposition est une expression artistique du point de vue des victimes et des impacts graves de la guerre, apportant un perspective féminine, émotionnelle et intime. Philippe Leclerc ajoute que « Les femmes ont besoin d’être reconnues comme victimes pour pouvoir se reconstruire, pour pouvoir être aidées, pour bénéficier du statut de réfugié. »

La sensibilisation est un élément clé des activités du HCR en matière de protection des réfugiés, des demandeurs d’asile, des déplacés internes et des apatrides. Grâce à l’exposition, le grand public a été sensibilisé aux situations précaires des femmes déplacées dans le monde. Installée au cœur du Quartier Latin à Paris, à la Faculté de droit du Panthéon, l’exposition a été une occasion d’engager la communauté universitaire et le grand public dans un dialoguesur les questions de genre et du conflit. La prise de conscience est essentielle pour l’échange des idées, et l’action par les communautés aux niveaux local, national et international, afin d’améliorer la protection des personnes dont le HCR a la responsabilité.

Suite au succès de l’exposition « La Chair de la Guerre », le HCR à décider de collaborer encore une fois avec Yvelyne Wood dans le cadre de sa nouvelle œuvre « Le cœur de la guerre, une histoire de femmes ». Le projet s’articule autour d’un colloque les 10 et 11 décembre 2012 à Montauban. Cet évènement réunira les universitaires, les artistes et les spécialistes des droits des femmes dans les conflits armés.


William Spindler
Porte-parole de l’UNHCR